Crazy Dad, de Sean Anders (2012)

        Après l’indéfendable Jack & Jill (Dennis Dugan, 2011), navet ultime de la comédie US blindé aux blagues pipi-caca et au cabotinage, on ne pouvait s’attendre qu’à un film moins crétin avec Adam Sandler. Et pourtant le bougre réalise l’impensable : faire pire !

        Crazy Dad, ou That’s My Boy chez les ricains, parle de Donnie Berger (Adam Sandler) ayant eu un enfant avec sa prof de maths lorsqu’il était adolescent, dans les années 80. La prof est condamnée à 30 ans de prison, Donnie est devenu une star médiatique pendant quelques temps, et puis au bout de 30 ans il décide de retrouver son fils (Andy Samberg) qui va se marier. Mais il fait cela dans le but de tourner une émission de télé-réalité, qui doit sacraliser les retrouvailles entre la mère en prison, Donnie et son fils; le tout pour toucher un gros chèque lui évitant la prison pour dettes impayées. Un scénario crétin  mais Adam Sandler nous a parfois montré qu’il pouvait surpasser le postulat de base (Click en est la preuve, l’acteur étant capable de passer d’une blague à base de pet à une réflexion philosophique sur le libre-arbitre de l’homme; ou encore Little Nicky). Il peut aussi bien jouer des rôles profondément humain et touchant, entres autres dans Funny People, et passer dans le registre le plus bas (Rien que pour vos cheveux), titillant les plus bas instincts du spectateurs mais ne tombant néanmoins jamais dans un surplus d’humour gras (après cela reste de ma pure appréciation, ayant conscience que l’acteur a son lot de détracteurs, en France comme ailleurs).

        Crazy Dad pouvait donc offrir quelque chose de bien, malgré son côté comédie commerciale balancée dans le rayon soldes du supermarché du coin. Mais force est de constater que Sandler livre ici une de ses plus phénoménales prestation de cabotinage en roue libre, pas aidé par son look de SDF-junkie buvant à la bouteille une bière bon marché durant tout le film. On peut se demander comment le scénariste (David Caspe, illustre inconnu) est parvenu à faire durer un film sur presque deux heures avec des dialogues scato-vagino-masturbatoires. On voit clairement que Sandler s’est ingéré dans le scénario tant celui-ci porte sa marque. L’acteur fait donc l’apologie de la masturbation – masturbation sur la photo de famille de la grand-mère, sur la robe de la mariée, kleenex collés partout dans la chambre et j’en passe – en un mot : consternant ! Si on trouve tout au moins 5 minutes réellement fandardes et ce dès le début (la séquence dans les années 80 avec la jeunesse de Donnie), on tient là un étron intergalactique de premier choix.

        Même constat au niveau des guests stars, véritablement inexistantes à l’exception du rappeur Vanilla Ice dont tout le monde s’en fout  (non ?) et de James Caan qui nous en touche une sans faire bouger l’autre. Et comme à son habitude, Sandler place quelques piques contre le système audiovisuel américain, et contre les obèses, vrais ressorts comiques de toute bonne comédie qui se respecte.

       Pour résumer je dirais que ce n’est pas pour rien que ce navet, qui devait débouler dans les salles françaises il y a quelques semaines, a été repoussé à une date inconnue. Sa vraie place, c’est plutôt le Direct-To-Video, si vous voulez mon avis !

Titre original : That's My Boy
Réalisation : Sean Anders
Nationalité : USA
Scénario : David Caspe
Chef opérateur : Brandon Trost
Musique : Rupert Gregson-Williams
Avec : Adam Sandler, Andy Samberg, Leighton Meester, James Caan...
Production : Columbia Pictures, Happy Madison
Distributeur : Sony/Columbia
Durée : 114mn
Sortie en France : Repoussée

                                                        Dr. Gonzo
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s