Donnie Darko, de Richard Kelly (2001)

L'affiche du film

Je ne sais pas vous, mais moi, les jeunes m’inquiètent de plus en plus ! Dans The Shining, Danny, en plus de communiquer avec son index, est le seul témoin d’apparitions morbides. Dans Le Sixième sens, le petit Cole voit des morts. Dans Le Village des damnés, une bande d’enfants « aryens » s’en prend à la population. Dans L’Exorciste, une fillette insulte à tour de bras, se montre un brin agressive et crache du vomi en vrillant la tête. Dans La Malédiction, le jeune Damien n’est autre que l’Antéchrist. Dans Les Choristes, un groupe de gosses se met à chanter pour Gérard Jugnot et dans Donnie Darko, Donnie écoute les conseils d’un lapin géant au masque effrayant. Que fait l’Education nationale ? Que fait Marcel Rufo ? Que fait Skyrock ?

Dans la ville imaginaire de Middlesex vit Donnie Darko (Jake Gyllenhaal), un adolescent un peu particulier, et sa famille. Intelligent mais perturbé, souffrant de somnambulisme et d’hallucinations, le jeune homme subit les apparitions répétées d’un étrange lapin au visage morbide nommé Franck. Alors que Donnie vient d’échapper à la mort suite à un terrible et improbable accident, Frank lui annonce que la fin du monde arrivera dans 28 jours, 6 heures, 42 minutes et 12 secondes. Donnie va vivre cette fuite eschatologique en suivant les conseils de Frank, bouleversant ainsi son entourage, la petite vie tranquille de sa communauté, jusqu’au moment fatidique…

Donnie Darko

Drame fantastique ? Thriller horrifique ? Fable psychologique ? 22 v’là les flics ? Donnie Darko est un film que l’on peut en tout cas qualifier de « mystérieux », tant son dénouement offre de multiples interprétations. Une fois le film terminé, en effet, on se creuse la tête jusqu’à y trouver du pétrole, pour tenter de comprendre ce qu’on vient de voir, sans être certain de pouvoir apporter une réponse satisfaisante.

Longue rêverie, le film nous emporte avec son adolescent somnolent à travers plusieurs mondes qui se croisent, vers un avenir et un autre, vers ce qui est et ce qui aurait pu être si, à tel instant, tel ou tel événement avait brusquement changé le cours des choses, comme une bifurcation soudaine sur une route toute tracée… Un homme s’apprête à traverser la route ; soudain, son chapeau s’envole. Alors qu’il se retourne pour le ramasser, une voiture débouche et le frôle à toute vitesse – une voiture qui aurait pu le tuer, qui aurait dû le tuer, s’il n’y avait pas eu ce coup de vent. Coup du destin ? Simple hasard ? Simple chance ? Et si, au même moment, dans un univers semblable mais parallèle, cet homme s’était fait tuer, comme évoluerait la vie autour de lui ensuite ? Donnie Darko pose ce genre de questions « effet papillon ». A vous de trouver, dans les éléments qu’apporte le film, les réponses qui vous paraitront les plus acceptables. De fait, chaque personne l’ayant vu vous expliquera la fin de Donnie Darko d’une façon différente. J’aurais bien ma propre interprétation à fournir, mais je ne veux pas spoiler 😉 (Je peux juste vous dire qu’à la fin, il y a un générique… Mais oups ! J’en ai déjà trop dit ! ^^)

Donnie Darko

Le personnage de Donnie Darko lui-même est intrigant, ne serait-ce que par son nom qui « fait super héros » comme le dit sa petite amie ; ou alors qui sonne légèrement satanique. Qui est-il, au fond, ce jeune garçon un peu inquiétant ? Il semble perdu au milieu de sa famille, au milieu des autres – perdu, mais pas non plus totalement renfermé. Est-il schizophrène tendance hardcore ou le seul à détenir la vérité ? En tout cas, il est la seule personne que je connaisse, avec mon voisin de cellule, à prétendre dialoguer avec un lapin monstrueux dans sa salle de bain.

Quoi qu’il en soit, côté casting, Jake Gyllenhaal sert ce personnage étranger à lui-même et au monde de façon magistrale, sombre et déroutante (mieux vaut voir le film en VO, car dans la VF, c’est Emmanuel Curtil, qui d’ordinaire fait la voix de Ben Stiller, Jim Carrey ou Matthew Perry dans Friends qui prête sa voix reconnaissable parmi milles à Gyllenhaal… ce qui peut dérouter). A côté de l’acteur américain, on retrouve sa sœur à l’écran et dans la vie Maggie Gyllenhaal (qui joue Rachel Daws dans The Dark Night), mais également Drew Barrymore (également productrice exécutive du film) en prof rebelle. On trouve aussi Patrick Swayze, irréaliste en « coach contre la peur » New wave au secret plutôt glauque ; une prof de sport frigide et complètement folle qu’on n’aimerait pas avoir dans son entourage, sauf si on est un gourou et qu’on recherche une proie facile ; une psychiatre-hypnotiseuse à qui Donnie dit tout ; une jolie petite amie (Jena Malone) à la vie pas facile facile ; une grosse Chinoise, etc.

Donnie Darko

Le film est certes un peu maladroit et peut-être légèrement bancale tant les sujets qu’il aborde posent de questions et tant sa présentation est labyrinthique, et ses effets spéciaux font aujourd’hui un peu sourire, mais pour un premier film, il est plutôt bien foutu et a le mérite d’innover. On pourra donc parler d’une semi-réussite. Servi par une bande-son extra, notamment la reprise par Gary Jules de Mad World des Tears for Fears (si vous ne la connaissez pas, aller l’écoutez sur YouTube pour vous donner une idée – le clip de Gondry fait d’ailleurs un peu penser à la pub de la MACIF… à moins que ce ne soit l’inverse), une stylisation dans la mise en scène, des dialogues parfois hallucinants (sur la sexualité des Schtroumpfs, notamment) et un acteur principal charismatique et convaincant, Donnie Darko est un film onirique et interrogateur, un film-gigogne à voir et à revoir plusieurs fois pour bien le cerner (à la manière du Memento de Christopher Nolan, sorti en 2000, ou de L’Effet papillon de Bress et Gruber, sorti en 2004). Un film conseillé à tous les amateurs de bon cinéma, d’uniformes à l’école, de Patrick Swayze en polo saumon… et, comme votre fidèle serviteur, de lapin à la moutarde !

Haydenncia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s