Gladiator, de Ridley Scott (2000)

Imperat que romanum hazanavicius in bifidus actif quo hippopotamus (Sénèque 2.0)… Peuple de Rome et du Québec ! Aujourd’hui, en l’année MMXIII, par ordre du Sénat, de l’Empereur et de madame de Fontenay, voici la critique de mon film préféré de Ridley Scott, et l’un de mes films favoris, que j’ai dû voir 825 678 fois dans ma courte vie, à savoir Gladiator ! Et je vous rappelle au passage que demain, nous partons à la conquête de ces immondes Parthes, alors préparez vos bagages, votre passeport, embrassez votre famille et sacrifiez à Mithra et à Mitterrand, car ça va douiller sec !

Pour les ermites qui n’auraient toujours pas vu Gladiator, qui n’est pas la suite de Terminator, voici le pitch. Nous sommes au IIe siècle après Julien Clair. Maximus Decimus (Russel Crowe) est un général romain, dont les actes de bravoure sur le champ de bataille et sa loyauté envers ses soldats font l’admiration de tous et notamment de l’Empereur qui le considère comme le fils qu’il aurait dû avoir. Sentant sa fin proche, Marc-Aurèle (Richard Harris), l’empereur philosophe, lui confie logiquement l’avenir de Rome et le met en garde contre l’ambition démesurée de son fils Commode (Joaquin Phoenix) à qui il n’a pas l’intention de léguer le trône. Et il rajoute : « En plus, il porte un nom de meuble, ce con-là ! »… Hélas, trois fois hélas, Commode assassine son père, devient le nouvel empereur et tente d’éliminer Maximus… qui s’en réchappe, mais qui, vendu comme esclave, devient gladiateur.

Gladiator

Diantre, que j’aime ce film ! Autant qu’un bon Domaine des Sablonnettes 1994 ou qu’un silence de Nana Mouskouri. Paradoxalement, Gladiator contient un nombre impressionnant d’erreurs techniques (un technicien en jean en arrière-plan, une bombonne de gaz sous un char…) et joue – habilement – avec la réalité historique, mais l’histoire de ce général fait esclave, et qui défia Rome, déjà me rappelle la glorieuse épopée de mes ancêtres, et ensuite, m’emporte à chaque fois. Plusieurs raisons à cela, imperatori !

D’abord, l’époque, le contexte. Avec Gladiator, Russel Crowe réinvente le péplum, de façon plus cruelle, plus réaliste, plus crédible. Dans Gladiator, le sang gicle et les épées s’enfoncent dans la chair, les combattants se pissent dessus et la foule est enivrée de violence. Le cinéma s’est dévergondé depuis les années 50-60, époque reine des films en tunique, et j’ajouterais, tant mieux ! Un gladiateur, quand il arrivait dans l’arène, ça n’était pas pour danser un ballet !… Et puis, Rome, mes enfants ! Un monde rempli de paradoxes, et cela même avant l’investiture de Berlusconi. Un monde qui s’étend sur près de mille ans, d’abord République, puis Empire. Un monde « civilisé », avec ses cités aux monuments pour certains gigantesques, son système d’égouts avancé et couvert (qu’on ne retrouvera ensuite qu’au XIXe siècle), des aqueducs, des routes pavées, une bureaucratie perfectionnée, Internet, une culture, une philosophie et une religion héritées de la Grèce… Mais un monde sanglant, violent, dangereux, dans lequel on s’assassine les uns les autres et parfois entre frères et sœurs, dans lequel des empereurs fous nomment leur cheval sénateur (Caligula) ou descendent dans l’arène, comme Néron ou Commode, justement. Un monde dans lequel on organise des combats mortels entre des hommes pour en divertir d’autres. Un monde conquérant, enfin, dont le principal objectif reste longtemps l’agrandissement de son territoire, au moins jusqu’à Hadrien (un peu avant Marc-Aurèle), et qui à son apogée englobe l’immense partie de la Méditerranée. Même les Corses étaient soumis, à cette époque ! Un monde qui va également se casser la gueule, à force de coups d’Etat, de décadence, d’éclatements, de guerres civiles et d’invasions barbares. Bref, un monde idéal pour le cinéma, poil au placenta !

Autre raison pour laquelle j’aime ce film : la réalisation. D’abord, le déroulement du film est parfaitement huilé et ne souffre d’aucun temps mort. Les dialogues sont bons. La photo est parfaite, les costumes et les effets spéciaux, crédibles, sont également très réussis, notamment la Rome numérique, impressionnante. Ensuite, mais c’est le point fort de Ridley Scott, les scènes de bataille sont épiques. Dès le début du film, le combat qui oppose les soldats romains méticuleusement alignés et organisés contre les barbares germains chevelus et indisciplinés est magnifiquement « chorégraphié », mis en scène, avec cette forêt qui s’embrase, ces corps à corps brutaux et ces passages, en « accéléré » (peut-être un peu kitsch pour ma part), où Maximus se demande même ce qu’il fait là, au milieu de ce carnage sans nom… dans lequel, d’ailleurs, si l’on regarde bien, on peut voir deux ou trois acteurs rigoler. Pareillement, les combats de gladiateurs, qu’ils se déroulent dans les petites arènes d’Afrique du Nord ou au sein même du Colysée, sont superbement filmés, rythmés et, une fois de plus, assez réalistes (en faisant fi des quelques invraisemblances historiques). En nous plaçant au cœur des arènes, notamment lorsque Maximus découvre de l’intérieur le Colysée, Scott parvient à nous faire vivre, ressentir l’instant comme sans doute les gladiateurs à l’époque. Le mirmillon ou le rétiaire devaient alors être victimes d’un sentiment paradoxal, car 1) il y avait une foule immense et qui était là pour nous ; mais 2) cette foule immense était aussi là pour nous voir crever la gueule ouverte. Autant dire qu’à côté, les footballeurs, c’est que des péteux ! Sauf Ibrahimovic, qui, lui, aurait vu dans les tigres de vulgaires chatons et dans les autres gladiateurs de simples joueurs de curling.

Dans les ténèbres de la Germanie...
Dans les ténèbres de la Germanie… C’est quoi cette phrase de roman ?!

Dernière raison : le casting réussi de Gladiator permet au film de n’être pas qu’un vulgaire film d’action tendance bourrin. Ainsi, tous les personnages principaux possèdent un caractère intéressant.

Russel Crowe, en premier, « assure grave » comme le dit ma grand-mère, et son jeu à la fois posé et rageur donne de l’épaisseur à son personnage. Avec son regard de chien battu et sa stature de colosse, il apporte au général/esclave/revenant Maximus une (sur)humanité bienvenue, lui le fantôme que tout le monde pensait mort, et qu’on retrouve au centre du monument le plus symbolique de Rome. Un héros charismatique auquel on s’attache inévitablement, ayant qui plus est perdu sa famille et ne désirant finalement qu’une chose, la retrouver. Avec ce film, Russel Crowe deviendra un acteur d’envergure internationale. Il en sera toujours reconnaissant à Ridley Scott, qui l’emploiera dans plusieurs autres films par la suite.

Joaquin Phoenix incarne « le méchant du film », un Commode peu commode, partagé entre sa folie destructrice et la volonté d’être un bon empereur aux yeux du peuple, se délectant du spectacle sanguinaire des gladiateurs et jalousant secrètement Maximus. Le vrai Commode, dont l’image reste celle d’un empereur cruel et sanguinaire, tyrannique, débauché et complètement mégalomane (il s’identifiait à Hercule, rien de moins), notamment dans les dernières années de son règne, avait une véritable fascination pour les combats de gladiateurs… et pour Julien Lepers (ce qui est, entre nous, entièrement compréhensible, tant l’animateur rouquin aux fiches jaunes est mystérieux). Durant son règne, Commode organise ainsi de gigantesques jeux et va même jusqu’à descendre dans l’arène, s’attirant ainsi les faveurs de la plèbe… et l’ire des sénateurs, ces rabat-joies. Contrairement à ce que montre le film, il meurt étranglé par l’esclave Narcisse dans son bain… Ses dernières paroles sont : « Où est passé mon petit canard en plastique, celui qui fait coin-coin quand il y a de la mousse ?! »… Comme ses collègues empereurs fous, Caligula, Néron, Domitien ou l’illuminé Héliogabale, Commode n’est pas, dans un premier temps, divinisé après sa mort par le Sénat, mais reçoit au contraire l’infamante damnatio memoriae (condamnation de la mémoire). Bouh ! Le vilain ! A noter qu’au cinéma, Commode apparaît dans un autre péplum fameux, qui a directement inspiré le long-métrage de Ridley Scott, La Chute de l’Empire romain, d’Anthony Mann, sorti en 1964 (l’autre péplum ayant influencé Gladiator étant inévitablement Spartacus de Stanley Kubrick, sorti en 1960). Dernière chose et non des moindres : dans Gladiator, l’arrivée triomphale de Commode reprend presque plan par plan, selon les dires de Scott lui-même, les scènes de la parade militaire d’Adolf Hitler dans le film de propagande de Leni Riefenstahl, Le Triomphe de la Volonté (1934, disponible en DVD et Blu-ray à la Fnac ou sur Amazon). Bouh ! Le vilain vilain !

Commode, génial Joaquin Phoenix
Commode, génial Joaquin Phoenix

En ce qui concerne les autres acteurs : Richard Harris donne son visage et sa voix à un Marc-Aurèle (évidemment) sage et fatigué, respecté par ses soldats et visiblement aimé de son peuple. Le vrai Marc-Aurèle, cependant, a inlassablement persécuté les chrétiens (ce que Commode cessera) et n’a jamais voulu rendre le pouvoir au Sénat. Et le Sénat, au passage, n’était pas un représentant du peuple – comme l’Empereur, lui, pouvait le paraître – mais plutôt de l’aristocratie conservatrice. Oliver Reed, qui est mort pendant le tournage (par respect, ces séquences seront conservées et le scénario sera changé), incarne Proximo, homme bourru mais finalement honnête et droit, à la tête d’une école de gladiateurs en Afrique. Et l’actrice danoise Connie Nielsen est une Lucilla un peu terne par rapport à celle qu’interprétait Sophia Loren dans La Chute de l’Empire romain. Citons enfin Loïc Kernavalec, qu’on peut voir au fond à droite de la troisième rangée de légionnaires, au début du film : la façon hyperréaliste dont il lève son glaive est tout simplement bluffante !

Pour finir, signalons la bande originale, composée par Hans Zimmer et Lisa Gerrard, tout simplement magnifique et qui colle bien à l’ambiance du film. Le passage où Maximus, mourant, avance dans les Champs Elysées vers sa famille (il croise en chemin Joe Dassin, logique), accompagné par le morceau hypnotique Elysium, me donne à chaque fois des frissons et l’envie de retourner en Toscane, dans les environs de Pienza, une nom de Dieu de putain de belle région ! A noter que le film fut également tourné en Angleterre (la scène de bataille du début, dans les forêts de Germanie), au Maroc et à Malte (pour la Rome antique), où une réplique d’environ un tiers du Colisée fut construite, le reste étant créé numériquement.

Tu peux retirer ta main s'il-te-plaît...
Tu peux retirer ta main s’il-te-plaît…

Gladiator fut à sa sortie un immense succès, aussi bien critique (même Chronic’Art et Les Inrocks ont aimé, vous imaginez !) que public, et le film initia une nouvelle mode du péplum, pour le meilleur… et pour le pire (sur ce blog, la critique du Choc des titans, de Louis Leterrier, 2010). Le film signera également le retour de Scott, dieu vivant des eighties, depuis tombé un peu en désuétude avec une série de réalisations pas terribles (1492 : Christophe Colomb en 1992, Lame de fond en 1995 ou A armes égales en 1997).

Bref, Gladiator est un film à grand spectacle, mais pas que. C’est un blockbuster intelligent et puissant qui n’a pas pris une ride et est même devenu culte. Un film shakespearien, un drame épique et historique porté par une narration fluide et rythmée. La Rome antique ne pouvait qu’offrir ce genre d’histoire, et Ridley Scott a su saisir cette occasion de manière subtile et sublime. Du sang et de la poussière, du pourpre et de l’or, du sel et du poivre. Un pouce en l’air (et 5 Oscars) pour Gladiator ! Ceux qui vont te revisionner te saluent !

Haydenncia

Publicités

5 réflexions sur “ Gladiator, de Ridley Scott (2000) ”

  1. Un grand Ridley Scott, je confirme….ses opus suivants sont moins convaincants (je pense notamment à « Kingdom of heaven » ou (surtout) à « Robin des bois »)

  2. Même si, pour ma part, j’ai regardé Robin des Bois et Kingdom of Heaven sans déplaisir (malgré quelques grosses longueurs pour le dernier), Gladiator reste my favorite, my number one, my Chanel n°5 !

  3. C’ est un film qui rappelle la cruoté de dans le temps. C’ est un film super, extra. Je pourrais le revoir des tonne et tonne de fois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s