Mad Max : Fury Road, de George Miller (2015)

Ôde à la fureur, à la vie, à la mort, à l’amour.

Publicités

Gamera contre Barugon, de Shigeo Tanaka (1966)

Des chasseurs de trésor trouvent une opale géante, mais il se trouve que l’opale n’est autre qu’un œuf géant de Barugon, un lézard géant. Quand l’œuf éclot, le monstre fait des ravages mais Gamera (qui s’échappe de sa prison spatial) va attaquer la bête afin de protéger le Japon et ses habitants.

Le Monde, la Chair et le Diable, de Ranald MacDougall (1959)

Après un éboulement au fond d’une mine en Pennsylvanie, Ralph Burton attend des secours qui n’arrivent pas et finit par se libérer seul des décombres. De retour à la surface, il découvre que toute trace de vie humaine semble avoir disparu après le passage d’un nuage radioactif. En route pour New York, il traverse des avenues désertes, s’organise et récupère ce dont il a besoin dans les magasins. Est-il vraiment le seul survivant de l’humanité ?

Her, de Spike Jonze (2014)

Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de ‘Samantha’, une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…