Only God Forgives, de Nicolas Winding Refn (2013)

Julian vit en exil à Bangkok où il dirige un club de boxe thaïlandaise servant à des opérations de contrebande et au trafic de drogue.

Quand Billy (le frère de Julian) est tué, leur mère, Crystal, arrive dans la ville pour rapatrier le corps. Elle veut le venger et force Julian à trouver l’assassin. Les contacts de Julian dans la criminalité le conduisent directement chez L’Ange de la Vengeance, un officier de police à la retraite qui connait tout et est à la fois juge et bourreau. Crystal demande que Julian tue L’Ange de la Vengeance, un acte qui va lui coûter cher.

The Woman, de Lucky McKee (2011)

Depuis son premier film absolument magistral (May, 2002), il aura fallu un longue traversée du désert de dix ans à Lucky McKee pour renouer avec la réalisation, exception faîte d’un segment de Masters of Horror et de The Woods, sur lequel il n’exerçait aucun contrôle artistique. Pour son grand retour en 2011 (le film est sorti directement en DVD chez nous seulement en 2012), le jeune réalisateur frappe très fort, car The Woman a été l’objet d’une polémique, qui dépasse de loin le cadre des cercles de cinéphiles.